Actualits

Le choix de la Classe Préparatoire : les meilleures écoles en ligne de mire

Article du 10/05/2016 par SMBG

Le choix de la Classe Préparatoire : les meilleures écoles en ligne de mire Le choix de la Classe Préparatoire : les meilleures écoles en ligne de mire

Quand on évoque l’intégration de ces grandes écoles, l’on pense nécessairement au passage des classes préparatoires. Les CPGE (Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles), de par leurs solides réputations, restent encore aujourd’hui les cursus les plus pourvoyeurs d’étudiants au sein des « Business Schools ».

Les classes préparatoires par définition « préparent » leurs étudiants au passage des concours d’entrée aux grandes écoles de commerce. Ces cursus permettent d’acquérir des méthodes de réflexion, de la rigueur, une grande capacité de travail et d’organisation qui permettront aux futurs étudiants des écoles de commerce de s’intégrer très facilement dans leur future vie étudiante, et de bénéficier d’une grande culture économique.

Pour Sarah, étudiante de Grenoble École de Management passée par une classe préparatoire après son Bac scientifique, « la prépa constituait la voie royale. Cela m’a permis de repousser le choix à faire et de confirmer mon envie de faire une école de commerce. Le rythme est très soutenu et il faut s’accrocher et rapidement s’organiser pour ne pas se laisser déborder. Cependant, je ne regrette pas ce choix car arrivée au moment des concours, j’ai rapidement réalisé à quel point ces deux années intensives m’avaient mise dans les meilleures conditions pour réussir. »

Encore aujourd’hui, plus de la moitié des étudiants en école de commerce sont issus des classes préparatoires économiques. Ces écoles se matérialisent par deux années très intenses qui entrainent et forment les préparationnaires à intégrer les toutes meilleures grandes écoles de management via les concours de sélection. Mathématiques, économie, culture générale… De nombreuses matières, une trentaine d’heures de cours par semaines, des contrôles hebdomadaires de haut niveau… Pour réussir en classe préparatoire, il faudra avoir du courage et justifier d’un niveau scolaire sérieux.

Maxime, élève à Toulouse Business School, confirme la qualité de cette préparation. Hésitant entre intégrer une CPGE ou effectuer un DUT « afin de rejoindre une école par les concours passerelle dans un second temps », il a opté pour la première solution : « Au départ, j’étais un peu inquiet car si j’avais un bon niveau en terminale ES, je ne figurais pas pour autant parmi les tous meilleurs élèves et l’exigence des classes prépa pouvait ne pas me correspondre. Cependant, après plusieurs recherches, je me rendais compte que j’avais de meilleures chances d’intégrer les écoles les plus réputées par la voie de la prépa. Je me suis fait violence. »

Et Maxime n’a pas eu tort. Les profils préparationnaires sont extrêmement appréciés des grandes écoles et notamment des meilleures d’entre-elles. Certaines écoles comme HEC et l’ESCP Europe n’ouvrent, d’ailleurs, la première année de leur promotion qu’aux étudiants préparationnaires. Elles ne permettent les admissions parallèles qu’à partir de la seconde année du cycle Master, soit après un Bac +3 validé. D’autres établissements très réputés comme Audencia, Toulouse Business School ou Grenoble Ecole de Management recrutent principalement des profils issus des CPGE.

Comme évoqué plus haut, la sélection a, dans l’extrême majorité des cas, lieu sur concours : Banque Commune d’Epreuve (BCE) et Ecricome… Ces concours sont communs à plusieurs écoles et vous ne passez les épreuves écrites qu’une fois. Les établissements listent ensuite les candidats « admissibles », au regard des résultats obtenus aux écrits, en fonction de barèmes propres à chacun (Un établissement favorisera votre note à l’écrit d’anglais là où une école privilégiera vos connaissances en économie, par exemple).

Il est conseillé de bien cibler les écoles en fonction de son niveau, sans pour autant se censurer. Maxime confirme « qu’au départ, je ne pensais pas forcement en mes chances d’intégrer TBS. J’ai pourtant été reçu dans l’ensemble des écoles auxquelles j’avais postulé et ai opté pour l’école de Toulouse qui justifiait d’une très solide réputation. Cerise sur le gâteau, c’est également là-bas que je me suis senti le mieux au moment de la visite du campus, des installations, lors de la présentation de la vie étudiante, etc. »

Une fois admissible dans un établissement, il faudra vous rendre sur place lors des journées d’admission et faire vos preuves dans des épreuves orales qui déboucheront sur le résultat de votre admission.

Si elle n’est pas la seule voie pour accéder aux grandes écoles de management, la classe préparatoire reste un cursus privilégié pour accéder aux meilleures d’entre-elles et dans les meilleures conditions. Deux années qui seront synonyme de beaucoup de travail et de fatigue, mais le jeu en vaut la chandelle !

Partagez cet article

Ces articles peuvent aussi vous intresser

Vous souhaitez en savoir +
sur le classement Eduniversal ?